Imprimer

Croyances, valeurs et pratiques spirituelles de l’Assemblée Chrétienne de Paris

 

Nous nous définissons comme un « mouvement de restauration », c’est-à-dire une Eglise qui souhaite profondément tendre vers le cœur, la foi, les croyances et les pratiques spirituelles de l’Eglise établie par Jésus et ses apôtres, basée uniquement sur les Ecritures bibliques. En tant que « mouvement », nous désirons marcher humblement avec Dieu et être prêts à nous remettre en question au fur et à mesure qu’il nous aide à mieux comprendre les Ecritures (Lc 24.45 ; Jn 16.12-13 ; Ep 4.11, 16). Nous pourrions nous contenter de dire : « Nous croyons simplement en la Bible. » Cependant, au vu des nombreuses divergences d’interprétations de celle-ci, il est sage et prudent de définir les croyances, valeurs et pratiques spirituelles principales qui nous unissent (Jn 17.20-26 ; 1 Co 1.10-16). La Bible étant la source de notre foi, nous souhaitons inclure dans ce document les références Bibliques qui expliquent nos croyances, nos valeurs et nos pratiques spirituelles.

 

  • Dieu. — Il y a un Seul Dieu, éternel,  qui s’est révélé au monde comme Père, Fils et Saint-Esprit. Dieu dit à Moïse : Je suis Celui qui suis. Puis il dit : Tu parleras ainsi aux fils d'Israël : JE SUIS m'a envoyé vers vous (Ex 3.14; Dt 6.4 ; Jn 1.1,18; 2 Co 13.13; Mt 28.19; Ep 4.4-6; Jn 14.9; 1 Jn 5.7…)  un seul vrai Dieu et Père de tous, qui est au-dessus de tous, et parmi tous, et en tous, venu nous visiter sur terre à travers Jésus-Christ.

 

  • Jésus-Christ. — Il est le Fils de Dieu, Dieu dans la chair, le seul et unique Sauveur, crucifié pour nos péchés et physiquement ressuscité d’entre les morts (Jn 1.1 ; 1.14 ; 14.9-10 ; Ac 4.12 ; 1 Co 15 ; Lc 24.39 ; Jn 20.27-28). Jésus est le centre de tout, la pierre de l’angle entre l’ancien et le nouveau testament. Nous proclamons que Jésus-Christ est le prince de la vie, la lumière du monde, la parole de Dieu faite chair, le bon Berger, le pain de vie, il est l’Alpha et l’Omega, il est l’auteur de la foi. Il est le chemin, la vérité et la vie. Il est la résurrection et la vie... En tant que Souverain Sacrificateur, médiateur, Christ intercède en faveur de ses disciples pour qu’ils obtiennent force spirituelle et sagesse (Héb 7:25, 4:14-16) Il comprend nos limites, ayant Lui-même souffert dans la chair. Il est LE Seigneur et LE Sauveur du monde. Dieu l’a fait asseoir à sa droite dans les lieux célestes, au-dessus de toute domination, de toute autorité, de toute puissance, de toute dignité, et de tout nom qui se peut nommer, non seulement dans le siècle présent, mais encore dans le siècle à venir (Jn 1.1-5 ; Jn 6 ; Jn 14.6 ; Jn 11.25 ; Mt 21.42 ; Ac 3.14-15 ; Eph 1.20-21 ; 3.14, 21 ; Col 9.10 ;  Hé 2.9-10, 12.1-2...).

 

  • Le Saint Esprit. — Le Saint Esprit émane de Dieu, pénétrant toutes choses (Rm 8.27 ; Ac 7.51 ; Ep 4.30 ; Mt 12.31 ; Ac 5.3) il fait « partie » de Dieu (Mt 28.19 ; 2 Co 13.13). Dieu nous l’a envoyé à travers Jésus-Christ (Jn 14.17, 26) il est le consolateur (Jn 14.16) afin que nous puissions : vivre par l’Esprit (Ga 5.25), être conduit par l’Esprit (Ga 5.18), être rempli de l’Esprit (Ep 5.18), prier par l’Esprit (1 Co 14.15 ; Ep 6.18), être fortifié par l’Esprit (Ep 3.14) et être sanctifié par l’Esprit (Rm 15.16 ; 2 Th 2.13). L’Esprit nous révèle les les richesses incompréhensibles de Christ. En tant que chrétien, nous avons reçu les arrhes de l’Esprit (2 Co 1.22 ; 2 Co 5.5 ; 1 Co 6.19 ; Ga 3.26-27). L’Esprit distribue à chacun des dons particuliers pour l’utilité commune (1 Co 12.4-11).

 

  • La Bible. — Elle est pénétrée de l'Esprit de Dieu, totalement inspirée de Dieu.  Nous croyons qu’elle est la parole de Dieu. Cette parole est vivante comme le "Dieu vivant" (Héb 3.12) dont elle procède par son Esprit qui agit par elle, et qui par elle crée la vie dans les âmes ; c'est par sa Parole qu'il a appelé à l'existence les choses qui n'étaient pas ; (Héb 1.3) Par conséquent, nous croyons qu’elle est entièrement vraie. Que des hommes, poussés par le Saint-Esprit l’ont rédigée afin que nous croyions que Jésus est le Fils de Dieu (2 P 1.21 ; Jn 20.31) et le sauveur du monde. La Parole perce cette cuirasse d'illusions, d'orgueil, de subterfuges, d'égoïsme, de mensonge dont l'homme s'enveloppe devant Dieu. Il est essentiel de la connaître. Celui qui me rejette et ne reçoit point mes paroles a son juge ; la parole que j'ai annoncée, c'est elle qui le jugera au dernier jour, Jn 12.48. En la lisant et la mettant en pratique quotidiennement (Ps 119 ; Ac 17.11 ; Jc 1.22-25), elle nous guide, nous convainc de péché, nous redresse, nous éduque et nous instruit dans la justice de Dieu. Elle nous sanctifie et nous enseigne à vivre selon la volonté de Dieu pour être accomplis et équipés pour toutes œuvres bonnes. Il n’y a rien à y ajouter, il n’y a rien à y retrancher (Héb 4.12 ; Jn 12.48 ; 2Tim 3.16,17 ; Dt 13.1 ; Pr 30.5-6 ; Mt 5.18 ; Ga 3.15 ; Ap 22.18-19).

 

  • Le salut. — Dans son amour pour nous, Dieu nous a montré le chemin du salut par la nouvelle naissance à travers le baptême (Jn 3.3-7 ; Jn 1.12-13). Nous soutenons que le plan du salut comprend la foi en Jésus (Mc 16.16 ; Rm 5.1 ; Col 2.12 ; Rm 10.9) qui est mort pour nos péchés et physiquement ressuscité d’entre les morts (1 P 2.24 ; Ac 2.31-36 ; Lc 24.39 ; Jn 20.25-27), la confession de son nom (Ac 2.21 ; Ac 22.16 ; Rm 10.13), la repentance de nos péchés (Lc 13.3 ; Ac 2.38 ; Ac 3.19 ; Ga 5.19-21 ; 1 Co 6. 9-13 ; Ap 21.8) et le baptême pour le pardon de nos péchés (Ac 2.38 ; Ac 22.16 ; 1 P 3.21 ; Ga 3.26-27 ; Mc 16.16 ; 1 Co 12.13). Le baptême qui est une participation spirituelle à la mort, l’ensevelissement et la résurrection du Christ (Rm 6.3-4) il doit se faire par immersion. C’est au moment du baptême que nous sommes sauvés (Jn 3.3-5 ; Ac 2.41 ; 8.38-39 ; 22.16 ; Co 2.12 ; 1 P 3.21). C'est uniquement la grâce de Dieu qui nous sauve par la foi en Jésus-Christ. Notre repentance et notre baptême sont une réponse à cette grâce infinie.

 

  • La grâce. — C’est par la grâce de Dieu que nous sommes sauvés et non par nos œuvres. Les œuvres que nous pratiquons sont la démonstration de notre foi (Jc 2.17-26) de notre reconnaissance et de notre amour envers Dieu mais nous sommes sauvés uniquement par la grâce de Dieu (Mt 11.28-30 ; Ep 2.8-10 ; Rm 3.23-24, 27-28 ; Ga 2.16). Par son sacrifice sur la croix et par son sang, Jésus nous a pardonné nos péchés passés, présents et futurs (Rm 5.8-9 ; Ep 2.11-18 ; Col 1.13-14, 19-20 ; Hé 9.11-12, 24-28 ; 1 P 2.24).  Nous reconnaissons que Dieu peut exercer sa miséricorde envers n’importe quelle personne. Il l’a exercée envers des rois endurcis, des dirigeants idolâtres, des apôtres lâches et même les pires persécuteurs de l’Eglise (2 Ch 33 ; Ex 32 ; Jl 2.12-14 ; Mt 5.7 ; 20.1-16 ; 26.69-75 ; Lc 23.32-43 ; Ac 22.1-16). Nous vivons désormais en tant que nouvelles créatures dans et par la grâce de Dieu, et le sang de Jésus nous purifie de tout péché tant que nous marchons dans la lumière (2 Co 5.14-21 ; 1 Jn 1.5-10 ; Jc 5.16). Nous croyons que nous pouvons être déchus de la grâce (1 Tm 4.1 ; Hé 6.4-6 ; 10.26-39 ; 2 Tm 2.11-13 ; Mc 13.13).

 

  • L’amour. — Dieu est amour. Le message, la vie, le sacrifice de Jésus sur la croix et sa résurrection nous montrent cet amour. Nous proclamons que le commandement principal de Jésus est d’aimer Dieu et se s’aimer les uns les autres, comme lui-même nous a aimés, sans distinction de race, de nationalité, d’âge, de sexe, de religion, etc. (Mt 5.43-48 ; Mt 22.36-40 ; Jn 13.34-35 ; 1 Jn 3.14 ; 1 Jn 4.7-8, 11-12 ; 1 Co 13.1-13). Nous nous engageons à nous aimer les uns les autres en action et en vraie sensibilité (1 Jn 3.18 ; Ph 1.9), à nous supporter les uns les autres avec amour et à nous aider au travers des épreuves, des faiblesses et des luttes contre le péché. En outre, nous encourageons les chrétiens à prendre particulièrement soin de leur famille (1 Tm 5.8). Par ailleurs nous nous engageons aussi à aimer les pauvres et tous ceux qui sont dans le besoin, ainsi que notre prochain de manière active et régulière (Lc 4.18 ; 14.13 ; Ga 2.10 ; Jc 2.14-16).

 

  • La prière et la foi. — Nous encourageons vivement les chrétiens à offrir sans cesse des prières et des supplications à Dieu. La prière est indispensable pour communiquer avec Dieu et vivre selon sa volonté. C’est aussi en priant que nous pouvons servir Dieu et tous les hommes (Jr 29.12-13 ; Lc 2.37 ; 18.1-8 ; Jn 4.23-24; Ep 6.18-20 ; Co 4.12 ; 1 Th 5.17 ; 1 Tm 2.1-2). Par la prière et la méditation de la parole de Dieu, n’importe qui peut trouver la foi en Jésus-Christ. Nous encourageons les chrétiens à se fortifier dans la foi (Ac 16.5 ; Rm 4.20 ; 10.17 ; 1 Co 16.13).

 

  • L’Eglise et son but. L’église n’est pas une invention des hommes ; elle fait partie du plan de Dieu. Le mot église vient du mot grec « ekklesia », qui veut dire « assemblée des citoyens », l’Eglise est l’assemblée des citoyens du royaume de Dieu, de ceux qui ont pris la décision d’être des disciples de Jésus et de le reconnaitre en tant que Seigneur et Sauveur. Les disciples réunis forment le corps du Christ. L’autorité suprême de l’Eglise est Jésus qui en est le chef, il est la tête de l’Eglise (Eph 1.22).

    L’Eglise est la famille de Dieu, elle se doit de l’honorer et de lui rendre gloire. Entre autres, son rôle est d’instruire selon la parole du Père en éduquant chaque enfant de Dieu dans l’amour du Christ, de les faire croître dans l'espérance qui s'attache à son appel.

    C’est un édifice spirituel, bien coordonné, dont chaque membre est une pierre vivante,  qui s'élève pour être un temple à l’intérieur duquel tous les saints s’édifient ensemble pour être une habitation de Dieu en Esprit. L’Eglise a vocation d’annoncer aux païens les richesses incompréhensibles de Christ, de mettre en lumière devant tous quelle est la dispensation du mystère caché de tout temps en Dieu qui a créé toutes choses, afin que les dominations et les autorités dans les lieux célestes connaissent aujourd'hui par l'Église la sagesse infiniment variée de Dieu.

    Elle a vocation à porter du fruit en toute bonne œuvre, d’être pure, de marcher d'une manière digne de Jésus, pour lui plaire en toutes choses et d’annoncer la bonne nouvelle de la vie éternelle au monde.

    L'Eglise est la pleine manifestation de la gloire de Christ, de sa vie, de ses perfections, pour atteindre la perfection de l’unité de l’Esprit par le lien de la paix (Mat 16.18 ; Ep 3.8 10 ; 4.3 ; 11,16 ; Mt 5.13 ; Ac 2.41-47 ; Col 1.15-18 ; Ph 3.13-16 ; Ep 1.19-23, 2.19-22, Ep 3.10, 4.1-16 ; 1 P 2.4-9 ; Hé 10.24-25 et 13.15).

    Au sein de cette famille spirituelle, nous respectons l’opinion des uns et des autres, cependant la parole de Dieu reste souveraine. Nous nous engageons à parler avec vérité et amour à notre prochain, sans considération de personnes. Aussi, nous reconnaissons qu’il est parfois nécessaire de prendre certaines mesures pour préserver l’ordre et l’harmonie dans l’assemblée selon, entre autres, les passages suivants: Mt 18.15-17 ; Rm 16.17-18 ; Ga 1.7 ; 2 P 2.2 ; 1 Co 5.9-13 ; 2 Th 3.6 ; 1 Tm 1.3-6, 6.3-5 ; Tt 3.10.

 

  • Fraternité internationale. — Nous reconnaissons un esprit de famille au niveau international avec les Eglises qui adoptent la même croyance basée sur la Bible, les mêmes valeurs et pratiques spirituelles. Nous encourageons l’autonomie décisionnelle de chaque Eglise cependant nous souhaitons l’interactivité et la coordination entre Eglises afin d’œuvrer ensemble à la gloire de Dieu, pour le bien-être de chaque assemblée et pour l’évangélisation du monde (Mt 28.18-20 ; Jn 17.20-23 ; Ac 15.1-33 ; 1 Th 1.4-8).

 

  • Les autres églises et mouvements religieux. — Nous reconnaissons que tous ceux qui pratiquent la saine doctrine sont sauvés. Nous voulons respecter tous les croyants, mais nous tenons à protéger notre assemblée des fausses doctrines (2 Tm 4.3-4 ; Eph 4.14,16 ; Mc 13.21-23, 9.38-41 ; 1 Co 3.10-15, 11.18-19, 12.12-13 ; Ac 20.27-30).

 

  • L’appel à suivre Jésus-Christ. — Nous croyons à l’Amour de Dieu envers chaque être humain,  à son appel à devenir disciple de jésus et à renoncer à tout pour le suivre par la foi et par sa grâce, pour pratiquer de bonnes œuvres, que Dieu a préparées d'avance, afin que nous les pratiquions.  Nous sommes fortifiés par la puissance de son Esprit, nous avons vocation à le suivre dans sa mission d’apporter la Bonne Nouvelle à ceux qui nous entourent. Jésus était toujours concentré sur la tâche de réconcilier les pécheurs avec Dieu chercher et sauver ce qui était perdu (Lc 19.10). Il nous appelle à faire de même. Jésus leur dit: Suivez-moi, et je vous ferai pêcheurs d'hommes, Marc 1.17. (Eph 3.16,19 ; Jn 10.27,29 ; Lc 9.23-26, 9.57-62, 14.33 ; Jn 12.24-26 ; Hé 11)

 

  • L’enseignement des disciples. — Jésus a constamment obéi à ce qu'il appelle l'ordre ou le commandement qu'il a reçu de son Père ; c'était la mission qu'il a librement acceptée de Dieu et qu'il a parfaitement remplie (Jn 10.17,18). Nous croyons que tout chrétien a pour vocation de marcher dans les pas de Jésus fait Christ et d’être son disciple. Tel un étudiant qui cherche tout au long de sa vie, en toute circonstance, à suivre l’exemple de son maître, Jésus étant le Seigneur de notre vie. Chaque disciple cherche à s’instruire et à apprendre de Dieu, de sa parole, ainsi que des autres disciples de Jésus, que ce soit lors des réunions de l’assemblée, à travers des relations individuelles ou autres. Nous encourageons chaque disciple/chrétien à se nourrir spirituellement afin d’avoir le sens exercé au discernement du bien et du mal (Ac 11.26 ; Ps 119.97-106 ; Mt 28.18-20 ; Ep 4.11,16 ; Col 1.28-29 ; 2 Tm 3.16-17 ; Hé 5.11-14) ainsi qu’à cultiver une relation personnelle avec Dieu à travers Jésus-Christ.

 

  • Les relations amoureuses et les mariages. — La Bible prescrit la pureté et notamment dans les relations avant le mariage. Conscients de l’importance de l’engagement du mariage, nous encourageons vivement les chrétiens à construire leur relation selon les principes très clairs de la Bible à ce sujet, en vue d’avoir un mariage qui rende Gloire à Dieu (Hé 13.4 ; 2 Co 6.14 ; Gn 24.3 ; Jos 23.11-13 ; 1 Co 7.39 ; Ep 5.3 ; Mt 7. 24-25).

 

  • L’évangélisation. — Nous croyons que Dieu nous appelle à accomplir sa mission : faire des disciples de toutes les Nations, de les aimer de l’amour dont  Jésus nous a aimé,  de les baptiser en son nom et de leur enseigner à garder tout ce qu’il nous a prescrit. La Bible étant le support essentiel pour nous guider dans cette mission (Mt 28.18-20 ; Ac 18.24-26 ; 1 Co 9. 16-23 ; 2 Co 5. 18-20 ; 2 Tm 2.2 ; Ep 4.21).

 

  • L’offrande agréable. — Nous désirons donner à Dieu une offrande, selon nos convictions personnelles, afin de participer aux dépenses locales du ministère, aux besoins des pauvres ainsi qu’aux besoins d’autres assemblées (Mt 26.6-13 ; Lc 21.1-4 ; 1 Co 9.14 ; Ph 4.18 ; Ac 4.36-37 ; 1 Tm 6.17-19).

 

  • Le soutien financier aux employé(e)s de l’Eglise. — Nous accordons à ceux qui travaillent pour l’Eglise un soutien financier approuvé par l’assemblée, correspondant à leur travail et leurs responsabilités. Selon les Ecritures, ce soutien financier ne doit être ni dérisoire ni excessif (Lc 12.15 ; 1 Co 9.6-15 ; 1 Tm 5.17-18 ; Rm 16.1-2).

 

  • Une direction spirituelle. — Nous attendons des dirigeants qu’ils servent l’Eglise en accord avec leurs dons et leurs fonctions au sein de l’assemblée, non pas dans la crainte des hommes, mais dans la crainte de Dieu. Jésus étant le chef de l’Eglise, la direction se base sur les modèles bibliques et sur la Parole de Dieu. Celle-ci peut comprendre, selon la taille et les besoins de l’Eglise, des évangélistes, des pasteurs, des enseignants, des anciens, des diacres. Ces personnes sont reconnues et soutenues (selon les cas) par l’assemblée et servent au perfectionnement des chrétiens ainsi qu’à l’édification de l’Eglise (Rm 12.6-8 ; Ep 4.7, 11-13 ; Ac 13.1 ; 1 Tm 3.1-13 ; 2 Tm 4.1-5 ; Mc 10.42-45 ; Mat 7.2-5 ; Mt 20.25-28 ; Rm 12.1-8 ; Ac 8.17-24).

 


N.B. — Cette liste de croyances, de valeurs et de pratiques spirituelles ne constitue pas une liste de règles, mais simplement une déclaration de foi et d’intentions. Cette liste est évidemment incomplète et sera toujours une ébauche. Remarquez par ailleurs que les références bibliques citées ici ne sont pas exhaustives. Nous savons que nous aurons toujours beaucoup de choses à apprendre au fur et à mesure que Dieu nous ouvrira les yeux et l’intelligence pour approfondir les Saintes Ecritures. Nous incitons les membres de l’Eglise à examiner les Ecritures chaque jour et voir si ce qui est enseigné vient de la Bible.